HARMONIE

Mai 2018, je suis accueillie dans une petite famille 

qui vit isolée dans la chaîne des Pyrénées.


Un seul but dirige leur vie : 

vivre le plus possible en harmonie avec la nature.

Richard est né à Liverpool, il a 46 ans. Charlotte, est elle, d'Aix en Provence, elle a 36 ans. 

Il y a plus de 10 ans, ils se rencontrent dans la chaîne de l'Himalaya. Charlotte voyage, et Richard cherche à méditer dans ce pays. 

Après avoir vécu quelques temps dans les Alpes, ils cherchent un terrain avec une petite maison pour s'installer. Ils écument la France, et finissent par trouver un hameau et une maison au milieu des granges au coeur des montagnes pyrénéennes. C'est ici qu'ils décident de commencer leur projet : retaper une vieille maison et une grange, faire un potager, et être le plus autonomes possible. 

Le rêve d'une harmonie avec la nature. 

Au bout de 7 ans, dont quelques années de galère sous la tente à faire de l'enduit, des planchers... Zéphyr naît. Il a aujourd'hui 3 ans. 



Récit d'une famille qui a fait d'un rêve, une évidence puis une réalité. 


Se nourrir - Le potager

La première semaine de mon séjour, j'aide Charlotte à réaliser de A à Z un potager bio en s'inspirant de ses livres de permaculture. On commence par préparer la terre, je récupère des planches pour tracer des lignes et faire des chemins, on utilise le fumier des granges abandonnées aux alentours, et puis on sème. Avant mon départ, quelques pousses sortiront déjà de terre. Le potager étant en hauteur derrière la maison, c'est ici que l'on a la meilleure vue sur les montagnes. Alors, la main dans la terre, ou sur les outils, on admire ces beaux sommets. 

La ciboulette du jardin. Pendant que nous travaillons la terre, Zéphyr nous ramène régulièrement une tige à manger.

Avoir un pied à terre - La maison

La maison est organisée autour d'une grande pièce, dans laquelle on prépare les repas, on mange, on fait des conserves de cueillette sauvage. Zéphyr joue autour de nous, et lit beaucoup de livres, à la fois en français et en anglais. Quand il fait froid, on allume le poêle à bois. On peut alors à coup sûr retrouver Minouchka allongée devant le poêle. 

La nourriture est stockée pour les fruits et légumes dans des cagettes à l'entrée, le reste dans des armoires et placards dans des bocaux en verre récupérés. Cuisiner les repas nous prend beaucoup de temps mais à la fin de la journée, on met les restes au frais sur le balcon (il n'y a pas de frigo ici) et on les mange le lendemain. La famille est végétalienne, mais chaque repas est différent, délicieux et bourré d'énergie pour travailler toute la journée dehors. 

L'évènement de la première semaine, c'est l'arrivée du plombier, attendu depuis des mois, pour installer un panneau solaire pour chauffer l'eau de la douche. Ici, on se douche une fois tous les 3 jours environ à l'eau froide si le poêle à bois est éteint. Alors, l'arrivée du panneau solaire ressemble un peu à Noël. 

La deuxième semaine, je fais l'enduit de la salle de bains. On mélange de la chaux, du sable et de l'eau, dans une grande bâche au sol, et on projette sur les murs après avoir comblé les trous avec des pierres. Les maisons sont ici faites en ardoise. 

La salle de bain et les toilettes sèches sont dans la cave. Richard vide le seau des toilettes sèches dans le compost. 3 ans plus tard, il peut être utilisé pour enrichir la terre du potager, chose que nous ferons juste avant de semer les graines. 

Gérer l'isolement - Le lieu

La maison est située en fin de piste. Les seuls voisins sont à 15min en voiture à mi-chemin sur la piste. Et la ville la plus proche est à 40min en voiture. La famille essaye de se limiter à 1 aller/retour vers la ville par semaine. Au moment du départ, c'est le grand chambardement. C'est alors le moment de voir différents médecins, de faire quelques courses en supermarché bio, d'aller à la bibliothèque pour emprunter des livres... C'est un moment à la fois de sociabilisation (Charlotte & Richard retrouvent alors des amis) mais également de stress : la route, le trafic, les nombreuses tâches à faire font que nous sommes épuisés à la fin de cette journée.  

Un ami de Charlotte est professeur de Chi-Gong. Il vient de temps en temps pour une séance. Nous partons donc vers une grange dans un lieu plus reculé en nature. C'est une petite bulle de bien être et de repos.  

Charlotte et Richard donnent parfois un coup de main à des amis sur le marché. Ils récupèrent ainsi à la fin les invendus. Une façon de lutter contre le gaspillage alimentaire et de nourrir la famille à moindre frais. 

Autour de la grange et de la maison. 

Nous croisons régulièrement des biches. Des chevaux pâturent dans les prairies sur l'autre versant de la vallée. 

Ce jour là, nous faisons une hutte de sudation chez des amis. Véritable rituel amérindien, c'est le moment de retrouver d'autres personnes amoureuses de la nature et d'un mode de vie plus respectueux de la planète.

Explorer les environs - Les Pyrénées

La famille devant se rendre en ville, je reste seule dans le hameau pendant deux jours. Je pars explorer le versant de la vallée et monte en altitude. Je fais également quelques aquarelles à partir des végétaux présents tout autour de la maison. 

Les arbres fruitiers sont protégés par des clôtures que Charlotte & Richard ont fixées : il y a beaucoup de biches, cerfs qui viennent manger les fruits. La présence de ces animaux explique également que tous les soirs, c'est inspection obligatoire pour tout le monde : les tiques sont partout et transmettent la maladie de Lyme...

La stellaire autour de la maison. Charlotte a une formation d'infirmière. Les plantes, ce n'était pas vraiment son domaine. Pourtant, à force de discussions, de lectures, elle reconnaît maintenant facilement une bonne vingtaine d'espèces, et sait comment les utiliser. 

Nous faisons également de la cueillette sauvage : les orties qui sont tout autour de la maison servent à faire du pesto & de la soupe.

Zéphyr participe avec ses ciseaux et Charlotte, en experte, arrive à cueillir une quantité folle d'orties sans se faire piquer une seule fois.

Un immense merci à Charlotte, Richard et Zéphyr pour le partage de ces quelques jours, de leur univers, et pour la confiance qu'ils m'ont accordée. 


Publication sur Mr Mondialisation.

Using Format